Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Poésie : Mes nuits.

Publié le par Isabelle Renée Chevalier

Illustration du poème "Mes nuits".

Illustration du poème "Mes nuits".

Mes nuits.

 

 

Envahies de tourments, mes nuits erraient naguère,

Transformant mon esprit en vagabond du soir, 

Traînant au cœur du noir, à mon grand désespoir,

Conservant de mes jours des reflets de galère.

 

Insomnies, cauchemars, affres en parodies

Me sortaient hors du lit pour écrire ou pleurer ;

L’horloge et son tic-tac tentaient de m’écœurer,

Ressuscitant alors mes épreuves enfouies.

 

Ressentant en mon cœur battre la solitude,

Malgré ce cher époux à qui j’avais dit oui,

Mais dont les fleurs d’amour se fanaient dans l’oubli,

J’osais un premier pas vers une finitude.

 

Recommençant de rien, la houle prit ma couche ;

Éveils et grands sommeils s’imposant tour à tour,

Puis dame volonté vint me faire la cour :

Chaque hésitation se vit botter en touche.

 

Repartant dans bon pied, effaçant chaque cerne,

Dés lors un beau galant me soutint vaillamment.

Je fis peu à peu fi du moindre bâillement,

En chassant mes démons jusqu’à les mettre en berne.

 

Dans un coussin moelleux, je plongeai mon visage,

Insomnies, cauchemars, je vous tournai le dos,

Je redevins l’enfant adorant ses dodos ;

Morphée tout en douceur, me traça un sillage.

 

Quand dans ces temps nouveaux, une insomnie me hèle,

Tenaillant mon esprit, cousant mes yeux ouverts,

C’est qu’au sombre d’un soir, la vie va de travers

Ou qu’une impulsion mon calame interpelle.

 

J’accepte en composant quand le sort se déchaîne,

Attendant qu’un bonheur enterre ce revers,

Mais si, pleine d’allant, je dessine des vers,

Je m’adonne hors du temps à cette envie soudaine.

 

 

Le 07 mai 2017.

 

Publié dans Poésies illustrées.

Partager cet article

Repost 0

Poésie : La pêche au gros.

Publié le par Isabelle Renée Chevalier

Illustration de mon poème "La pêche au gros."

Illustration de mon poème "La pêche au gros."

La pêche au gros.

 

Un bateau en plomb sur l’eau pure

Danse dans le vent coloré,

Sous le chaud soleil mordoré,

Le temps embaume l’aventure.

 

Avant de commencer leur pêche

Les poissons bronzent sur le pont,

Tandis que nagent vers le fond

Des bancs d’hommes dans l’onde pêche.

 

Dans les filets la proie s’affole,

Mais c’est mon homme qui est pris !

Effrayée, je pousse des cris

Puis, du cauchemar, je rigole.

 

Le 27 avril 2017.

Publié dans Poèsies et dessins.

Partager cet article

Repost 0

Poésie : Un premier pas vers la liberté.

Publié le par Isabelle Renée Chevalier

Illustration de mon poème : Un premier pas vers la liberté.

Illustration de mon poème : Un premier pas vers la liberté.

Un premier pas vers la liberté.

 

Ça y est !

Enfin.

J’ai mis les deux pieds dans la réalité,

Il était tant !

 

La vie, ma vie, va continuer

Différente,

Constructive,

Et je serai libre.

 

Libre de refuser

Sans me justifier,

Sans me culpabiliser,

Afin de suivre mes désirs.

 

Libre d’écrire.

De garder ces mots pour moi,

Ou de les faire lire

Si je veux,

En toute sérénité.

 

C’est grisant ce sentiment !

Étonnant comme découverte !

C’est la résultante de ce « non »

Qui résonne enfin !

 

Pour commencer à me dire « oui », à moi,

Une première fois,

Une seconde fois

Puis encore et encore !

 

Ce n’est pas oublier l’autre,

Les autres.

C’est partager sans s’omettre

Dans la liberté d’être soi.

 

Le 26 octobre 2006. (Poème retravaillé en 2017)

 

 

 

Publié dans Poésies illustrées.

Partager cet article

Repost 0

Tricots : Deux grands lapins de Pâques.

Publié le par Isabelle Renée Chevalier

Montage photo pour présenter mes lapins de Pâque tricotés qui se promènent dans un jardin.

Montage photo pour présenter mes lapins de Pâque tricotés qui se promènent dans un jardin.

Les tricoteuses qui aiment créer des décorations de fêtes, doivent connaître les lapins de Pâques réalisés à l’aide de carrés crochetés ou tricotés.

Cette année, j’ai confectionné deux grands spécimens de ces charmants animaux.

Habituellement, des pompons forment les queues et les pattes avant mais j’ai préféré les faire au tricot.

Ces lapins bleus sont destinés à des petits garçons.

Deux grands lapins tricotés.

Deux grands lapins tricotés.

Publié dans Tricots.

Partager cet article

Repost 0

Peinture à l'huile : Le chat et l'escargot.

Publié le par Isabelle Renée Chevalier

Peinture à l'huile : Le chat et l'escargot.

Peinture à l'huile : Le chat et l'escargot.

Il y a quelques années, j'ai eu envie de faire des essais.

À l'époque, je ne peignais pratiquement que des animaux.

Voici "Le chat et l'escargot."

Peut-être avez-vous remarqué que l'escargot se promène sur un encadrement en trompe-l'œil.

 

J'ai deux autre toiles pour lesquelles j'ai utilisé la même technique. Je les présenterai ultérieurement.

Publié dans Peintures à l'huile.

Partager cet article

Repost 0

Poésie : Absence et solitude.

Publié le par Isabelle Renée Chevalier

Si loin ou si près de nous, elles sont là cette absence et cette solitude engendrées par le monde moderne.

Peut-être nous atteignent-elles déjà avec modération ou force.

Peut-être ou sans doute nous attendent-elles.

Ce portrait anonyme a porté, porte et portera de nombreux noms … pourtant rien n’est inéluctable.

 

 

Photo illustrant l'amour qui attend par delà les cieux.

Photo illustrant l'amour qui attend par delà les cieux.

Absence et solitude.

 

Incommodée par le silence,

Elle a lancé un gros soupir

Puis a maudit cette insistance

Qui l’empêche de s’assoupir.

 

Tout ce qui pourrait la distraire

Est rejeté par son esprit.

Ce modernisme l’indiffère

Par le cafard, il est proscrit.

 

Dans cette errance vagabonde,

Elle revit dans le passé.

Une plongée vers l’ancien monde

Et le présent est fracassé.

 

Hier se répète sans cesse,

Aujourd’hui est comme demain.

C’est l’indifférence qui blesse

Sans la tendresse d’une main.

 

Lorsque s’élèvera son âme

Elle rejoindra son aimé.

L’élu qui conserva la flamme

Qui jadis l’a tant animé.

 

Le 22 janvier 2017.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Acrostiche : MALICE.

Publié le par Isabelle Renée Chevalier

Une photographie de mains enlacées pour illustrer mon acrostiche "MALICE."

Une photographie de mains enlacées pour illustrer mon acrostiche "MALICE."

MALICE.

 

Mais que fait-il cet amoureux ?

Accroché à mes doigts fiévreux?

Laissons-le faire c’est agréable !

Il a un don c’est indéniable !

Comment ? Il a fait une erreur !

Et voilà sa belle en fureur !

 

Octobre 2008.

Illustration : Une femme mécontente.

Illustration : Une femme mécontente.

Partager cet article

Repost 0

Meilleurs vœux !

Publié le par Isabelle Renée Chevalier

Meilleurs vœux !

Publié dans Photos modifiées.

Partager cet article

Repost 0

Film d'animation : La magie de Noël.

Publié le par Isabelle Renée Chevalier

Film d'animation : La magie de Noël.

En cette fin d'année, la magie de Noël liée à mon enfance a ressurgi.

Afin de mettre en œuvre une idée vagabonde, je me suis offert des moments de bonheur en réalisant une petite animation sur le thème de Noël.

Pour les petits ou pour les grands qui ont gardé leur cœur d'enfant, je propose soixante deux secondes de visionnage.

Le sapin, les cadeaux et les rubans sont acteurs ou figurants de mon imagination. Ils vous réservent quelques surprises lors d'une nuit remplie d'étoiles.

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'années.

 

Publié dans Montages vidéo

Partager cet article

Repost 0

Poésie illustrée : Le nez à la fenêtre.

Publié le par Isabelle Renée Chevalier

Illustration de mon poème : Le nez à la fenêtre.

Illustration de mon poème : Le nez à la fenêtre.

Le nez à la fenêtre.

 

Il est parfois un temps qui revient en mémoire,

Quand l’hiver et l’enfant se tiennent par la main,

En marquant de leurs pas la blancheur du chemin,

Et en traçant les mots de leur commune histoire.

 

 Il y avait alors une étrange injustice

Que la fragilité tenait à imposer ;

Dés que de doux flocons venaient à se poser

La fièvre et la toux refaisaient un caprice.

 

Alors je regardais le nez à la fenêtre

Ma sœur et nos amis jouant avec bonheur,

En maudissant le sort rempli de trop d’ardeur,

Et en pensant très fort : l’hiver prochain peut-être.

 

Quand arriva le temps des bénéfiques cures,

S’éloignèrent bientôt l’asthme et ses mauvais tours ;

Des jardins enneigés je goûtais les atours

Respirant la fraicheur aux effluves si pures.

 

Le 16 novembre 2016.

 

Publié dans Poèsies et dessins.

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>